Solidarité

solidarite-header

Une aquaculture raisonnée

Les aquaculteurs Calédoniens travaillent depuis trente ans à l’amélioration de l’élevage de l’espèce et de la qualité de la production, dans le respect de l’environnement. Ainsi, aucun prélèvement de géniteurs dans le milieu sauvage n’est autorisé. De même, une étude d’impact sur l’environnement est systématiquement réalisée avant toute implantation d’une nouvelle ferme aquacole. Pour structurer la filière, regrouper la production et conduire une politique rigoureuse de qualité, les producteurs se sont unis au sein de la SOPAC (Société des Producteurs Aquacoles Calédoniens), s’obligeant au respect d’un cahier des charges particulièrement strict et se soumettant régulièrement aux contrôles réalisés par le Bureau Veritas.

La filière aquacole

Les aquaculteurs Calédoniens raisonnent depuis toujours en termes de filière. Pour structurer la filière, ils se sont regroupés pour créer un atelier de conditionnement chargé de la commercialisation : la SOPAC. La filière dispose de quatre écloseries et de deux usines d’aliments pour couvrir les besoins de reproduction et d’élevage. Un dispositif de pêches partielles a été mis au point pour optimiser la gestion des bassins. S’appuyant sur la main d’œuvre locale, la filière emploie 900 personnes, créant ainsi des emplois particulièrement adaptés aux populations des zones rurales côtières. 2ème employeur du territoire, 1er exportateur agroalimentaire de l’île, elle contribue fortement au développement économique, à l’équilibre territorial et à l’image de qualité des produits de la Nouvelle-Calédonie.